Union Européenne - Fond Social Européen
Projet cofinancé avec
le concours de l’Union Européenne
avec le Fonds Social Européen
Enjeux et compétences de base
En entreprise
Action culturelle
Répertoire des actions
  • Non catégorisé (4)
  • Illico (0)
  • Illico Mutualisations (0)
  • Du point de vue des employeurs du secteur public (0)

    Les trois fonctions publiques


    La fonction publique française, au sens strict, comprend l’ensemble des agents occupant les emplois civils permanents de l’Etat, des collectivités territoriales (commune, département ou région) ou de certains établissements publics hospitaliers. Certains sont titulaires, d’autres sont employés par contrats (contractuels).
    Ils travaillent pour l’administration centrale, ou pour ses services déconcentrés (à l’échelon régional ou départemental), ou encore au sein d’établissements ayant une mission de service public (organismes de Sécurité sociale, établissements d’enseignement de recherche ...).

    Il existe en France trois grandes fonctions publiques :
    * la fonction publique d’État,


    * la fonction publique territoriale,
    la fonction publique hospitalière,
    qui ensemble, emploient 5,2 millions de personnes au 31 décembre 2005 hors emplois aidés, soit un salarié sur cinq. Près de la moitié appartient à la fonction publique de l’État (49 %), 31 % à la fonction publique territoriale et 20 % à la fonction publique hospitalière.

    Les emplois de la fonction publique sont répartis en trois catégories hiérarchiques, chaque catégorie étant elle-même constituée de nombreux corps correspondant généralement aux diverses filières des métiers.



    La transformation permanente des normes et des équilibres est devenue la règle de nos environnements sociaux et économiques. Elle est la marque des effets de l’évolution de nos sociétés à tous les niveaux territoriaux et à toutes les formes d’activités aussi bien publiques que privées
    La réactivité, l’adaptabilité sont devenues des données incontournables des nouvelles logiques d’organisation. Elles s’appuient sur le développement des compétences et des qualifications à tous les niveaux de l’entreprise.
    La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences est devenue le levier d’action  de ces nouvelles logiques. Elle est efficacement opérationnalisée par la transposition des principes de la formation tout au long de la vie, ponctuée aussi bien par des dispositifs de formation : intégration, professionnalisation, perfectionnement …que par des outils de positionnement et de reconnaissance des acquis.
    Qu’ils appartiennent à la fonction publique d’Etat, à la fonction publique territoriale ou à la fonction publique hospitalière.
    Dans un tel contexte, tous les agents sont concernés

    •  Pourquoi agir ?
    •  Comment procéder ?
    •  Quels appuis mobiliser ?
    •  Où s'adresser ?
    •  Témoigner
  • Blog (0)
  • En entreprise : du point de vue des partenaires (0)

    La sensibilisation des entreprises aux enjeux de la formation de base, leur étayage pour la mise en place d'actions de formation en direction de leurs salariés, dépassent la seule implication des acteurs de la lutte contre l'illettrisme. En effet des partenaires multiples s'impliquent sur la question auprès des entreprises.

     

    • Eléments de cadrage (1)
    • L'espace du dialogue social (3)

      La négociation collective est un moyen privilégié pour dégager des compromis permettant de concilier des intérêts parfois divergents. Cette démarche répond à la nécessité de favoriser la croissance économique, le progrès social et les conditions d'emploi.

      Dans le secteur public

      Les nouvelles règles, issus de L’accord sur la rénovation du dialogue social dans la fonction publique du 2 juin 2008 (Les accords de Bercy) vont permettre le renforcement de la représentativité des syndicats de la fonction publique.
      Les 5 grandes avancées des Accords de Bercy

      1. C'est le premier accord, fruit d'une négociation, sur le dialogue social et son organisation au sein de la fonction publique depuis sa fondation en 1946.
      2. La démocratie sociale va se concrétiser pour 5,2 millions d'agents par l'élection dans les instances consultatives.>
      3. Chaque agent, titulaire et non titulaire, va élire ses représentants tant dans les Commissions Administratives (les corps) que dans les Comités Techniques (les services).
      4. Les nouvelles règles vont permettre le renforcement de la représentativité des syndicats de la fonction publique.
      5. La négociation sur tous les sujets et dans tous les Services concernant l'ensemble des aspects de la vie professionnelle va devenir la norme du dialogue social.

      Dans le secteur privé

      La "position commune sur les voies et moyens de l'approfondissement de la négociation collective" adoptée par quatre syndicats de salariés et trois organisations d'employeurs en juillet 2001, qui a inspiré la loi du 4 mai 2004, constitue un pas important dans l'élaboration de nouvelles bases du dialogue social portées par les partenaires sociaux.
      Conformément à l'accord national interprofessionnel sur la modernisation du marché du travail du 11 janvier 2008, la dynamique impulsée par la mise en oeuvre de l'accord national interprofessionnel du 5 décembre 2003 doit être poursuivie et amplifiée afin d'apporter de nouvelles réponses concrètes aux salariés, aux demandeurs d'emplois ainsi qu'aux entreprises. Ainsi chaque salariés doit pouvoir être acteur de son évolution professionnelle et chaque entreprise doit pouvoir mettre en oeuvre les moyens adaptés à ses besoins en matière de développement ou d'adaptation à son environnement économique et à sa politique de ressources humaine.

      Les systèmes de relations professionnelles et la négociation collective sont structurés autour des branches professionnelles. Cette structuration correspond au mode d'organisation privilégié par les acteurs collectifs, patronats et syndicats.

    • Le rôle des instances de concertation (1)

      Les systèmes de relations professionnelles et la négociation collective sont structurés autour d'instances correspondant au mode d'organisation privilégié soit par les acteurs collectifs, patronats et syndicats dans le secteur privé, soit par les dispositions règlementaires dans le secteur public.

      1. Dans le secteur public

      Le rôle des Conseils Supérieurs des fonctions publiques

      La nouvelle instance du futur Conseil supérieur interfonctions publiques examinera toute question commune aux troisfonctions publiques, relative aux évolutions de l’emploi public danstoutes ses composantes, au dialogue social européen, à la mobilitéentre les trois fonctions publiques, à la promotion de l’égalité entreles hommes et les femmes, à l’insertion professionnelle des personnes handicapées dans la fonction publique et à l’adaptation des conditionsde travail à l’évolution des techniques, notamment aux technologies del’information et de la communication.

      Les Conseils Supérieurs des fonctions publiques d’État, hospitalière et territoriale se concentreront sur leur fonction publique respective.

      2. Dans le secteur privé

      Le rôle des branches professionnelles

      Dans le contexte de la réforme de la formation, les branches professionnelles se voient confier un rôle majeur de pilotage de la formation dans leur secteur, appuyées en cela par les observatoires métiers (Observatoire régional des métiers O.R.M. en région PACA).
      Si la régulation de branche, dans un cadre national, reste encore le pivot des différents systèmes, on assiste à une diversification des espaces de négociation collective et du dialogue social.

      Le dialogue social aux niveaux interprofessionnel et des branches professionnelle (au niveau national, régional ou territorial) doit être de nature à poursuivre et à amplifier la mobilisation en faveur de la formation tout au long de la vie professionnelle.
          - Au niveau des branches professionnelles, il doit favoriser la définition des objectifs et des priorités qui leur sont propres au regard de l’évolution de leurs métiers et de leurs qualifications dans le respect des critères généraux d’accès définis au niveau national interprofessionnel.
          - Au niveau interprofessionnel territorial, il doit favoriser la recherche de modalités de mise en œuvre des politiques adaptées aux spécificités territoriales et en aucun cas l’élaboration de nouvelles normes.
      Parallèlement, la gouvernance paritaire doit avoir pour objectifs d’améliorer l’efficacité des dispositifs et d’optimiser les financements dont les partenaires sociaux ont la responsabilité.

      Certains accords nationaux de branches mentionnent spécifiquement la question de la lutte contre l'illettrisme et/ou de la maîtrise des savoirs de base et/ ou de la langue française dans leurs priorités.

      Les branches professionnelles confient la mise en œuvre de leurs orientations et de leurs priorités  en matière de formation à leurs organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA).

      (En savoir plus : collection « synthèse prospective formation emploi », Ces brochures présentent une synthèse d’études prospectives menées sur des branches professionnelles comme la propreté, l’hôtellerie, les informaticiens, …, etc.)

    • Les principaux accords concernés (4)
    • Actions spécifiques (2)
    • Références utiles (1)
  • En entreprise : du point de vue des salariés (0)

    Les formations de base, aux savoirs fondamentaux, permettent de faciliter l'évolution professionnelle et personnelle des salariés. Plus à l'aise au travail, ils le sont aussi dans la vie. Ces formations permettent aussi d'anticiper les changements et de prévenir les ruptures professionnelles. Elles confortent les plus fragiles, préviennent les risques d'exclusions.

    La transformation permanente des normes et des équilibres est devenue la règle de nos environnements économiques. Elle est la marque des effets de la mondialisation à tous les niveaux territoriaux et à toutes les formes d’entreprises (aussi bien en taille qu’en domaines d’activité).

    La réactivité, l’adaptabilité est devenue une donnée incontournable des nouvelles logiques d’organisation. Elles s’appuient sur le développement des compétences et des qualifications à tous les niveaux de l’entreprise.

    La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, qu’elle soit explicitement affichée ou non, est devenue le levier d’action de ces nouvelles logiques.

    Dans un tel contexte concurrentiel, tous les salariés sont concernés
     
    • Du point de vue des salariés (6)

      Les formations de base, aux savoirs fondamentaux, permettent de faciliter l'évolution professionnelle et personnelle des salariés. Plus à l'aise au travail, ils le sont aussi dans la vie. Ces formations permettent aussi d'anticiper les changements et de prévenir les ruptures professionnelles. Elles confortent les plus fragiles, prééviennent les risques d'exclusions.

  • Du point de vue des employeurs du secteur privé (0)

    Une enquête menée en 2000 auprès de 9000 entreprises de six secteurs d’activité (BTP, Hôtellerie-restauration, industries agricoles et alimentaires, propreté, sécurité, santé-action sociale) de la région PACA a montré que 30,8% des entreprises avaient au moins un salarié rencontrant des difficultés à maîtriser tout ou partie des savoirs suivants : expression orale, lecture, écriture (sur 2149 réponses) et que, seulement 12,6% avaient ou projetaient d’y remédier.
    Cette étude a aussi mis en évidence comme effets de la non maîtrise des savoirs de base et/ou de la langue française en entreprise des :

    • Problèmes d’adaptation aux évolutions d’organisation et d’équipement
    • Autonomie et polyvalence insuffisantes sur le poste de travail,
    • Mauvaise compréhension des consignes de travail et de sécurité,
    • Baisse de productivité pour l’entreprise et perspectives d’évolution professionnelle limitées pour le salarié.

    Sommaire de la rubrique :

  • Enjeux et compétences de base (0)
    • Enjeux et compétences de base (7)

      L’accès à l’information et la capacité à communiquer activement, oralement et par écrit, sont des clés d’autonomie indispensables à la réussite de chacun et au progrès de tous. Un nombre important de nos concitoyens ont quitté l’école en ayant peu ou mal acquis les bases de la communication écrite et se trouvent à l’âge adulte en situation d’illettrisme. Aujourd’hui en France, dans une société où l’écrit prend une place de plus en plus importante dans la vie professionnelle et sociale, l’illettrisme constitue un facteur aggravant les risques d’exclusion. Certes il est possible de vivre sans savoir lire et écrire mais le prix à payer est lourd et les risques de marginalisation ne cessent de croîtreDepuis plus de vingt ans, citoyens, associations, entreprises, pouvoirs publics nationaux et territoriaux prennent de multiples initiatives pour lutter contre ce phénomène. La question de l’illettrisme est une problématique transversale à différents domaines et champs d’action (le social, l’économique, le culturel, le linguistique, l’éducatif) et par là, transversale à différents dispositifs et secteurs professionnels.

      Pour définir et retenir les actions de lutte contre l’illettrisme, il importe de clarifier l’univers lexical qui permet d’en parler.
      Nous sommes sans cesse confrontés à l’usage d’une série de mots souvent voisins, qui, chacun à leur manière, se retrouvent autour du même sujet : l’importance de la capacité à lire et à écrire dans la vie quotidienne et plus globalement, l’importance des compétences de base. Tous parlent d’un socle essentiel qui garantit à chaque citoyen l’accès à l’autonomie et favorise sa participation active à la société. Tous renvoient, de manière explicite ou implicite, au risque d’exclusion contenue en germe dans la non-maîtrise de ce socle. .

    • En cours... (1)
      En cours de rédaction
  • L'action culturelle (0)
    • L'action culturelle (4)

      Dans le cadre du Plan d’Action de Lutte Contre l’Illettrisme , la priorité culturelle se développe.

      Une journée organisée le 20 février 2007 aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône sur le thème  « Acteurs culturels et Illettrisme » a réuni deux cents personnes pour permettre aux formateurs et aux acteurs culturels de se rencontrer plus aisément sur le terrain afin de monter des projets ensemble.

      lien_videos.png

      Le Centre Ressources Illettrismeest heureux de mettre en ligne, classés par département et par domained’activité, la liste des participants à cette journée.

      Les actes de la rencontre nationale qui a eu lieu à Lyon le 14 juin 2006 sur le thème "L'action culturelle et la lutte contre l'illettrisme"  sont téléchargeables sur le site de l'ANLCI (rubrique "Infos pratiques")

  • Forum : Prévenir l'illettrisme (0)
      A noter le nouveau guide de l'ANLCI : « Prévenir l’illettrisme, des clés pour comprendre et agir », avec ses neufs films courts  que l'on peut visionner en ligne

    - Plus que des mots

    - Les effets des conditions de vie

    - Les facteurs favorisant l'entrée dans l'écrit

    - Les élèves en difficulté

    - Bibliographie

    - le choix de ce champ de pratiques

    - L'atelier régional

    - Les rencontres départementales

    - La rencontre régionale, le 13 février 2007 à Marseille

  • Forum permanent (0)

    En 2004, l'Agence Nationale de Lutte Contre L'illettrisme a lancé son Forum permanent des pratiques pour formaliser et mutualiser les pratiques qui réussissent dans tous les champs de la lutte contre l'illettrisme, et pour favoriser la montée en compétence des acteurs.

    logo_anlci.gif

    Dès 2006, chaque région choisit un champ de pratiques particulier.

    Le thème retenu pour le forum PACA :

    PREVENIR L'ILLETTRISME

    Des actions destinées aux ENFANTS et aux ADULTES-PARENTS

  • Echanges - Informations (0)
  • Réseau & Partenariat (0)
  • Le CRI région PACA (0)
    • Ressources documentaires (2)
      Retrouvez notre outil de recherche concernant la base documentaire du CRI PACA en cliquant sur le lien suivant
    • Productions et publications (1)
    • Répertoire des actions (5)

    • Le CRI et ses partenaires (5)

       

      En France, plus de deux millions de personnes rencontrent des difficultés pour lire et écrire. En région PACA, les indicateurs directs d’illettrisme sont tous supérieurs à la moyenne nationale : test en français et en mathématiques à l’entrée en 6ème ; repérage lors des journées d’appel et de préparation à la défense en 2002 : 13% des jeunes en situation d’illettrisme en région contre 12% au niveau national ; repérage en détention en 2003 : 25% des détenus ne parviennent pas à lire des mots isolés et ne maîtrisent pas l’accès à l’écrit contre 21% en France.

       

  • Professionnalisation (0)
    Grâce au soutien de ses partenaires, le CRI PACA propose des journées gratuites d’animation professionnelle, à distinguer des formations de formateurs .
    Pour le bon déroulement des animations l'inscription à ces journées est soumise à certaines conditions.  Le nombre des participants est limité à 15 (sauf mention contraire). La pré-inscription aux journées est donc obligatoire et pourra être limitée à deux personnes par structure : une semaine avant, les personnes retenues verront leur inscription confirmée.
    Vous pouvez consulter quelques compte-rendus des précédentes journées

  • Actualités (0)
  • Ressources vidéo (0)

    Le CRI PACA met à votre disposition des ressources vidéos. Vous trouverez des entretiens d'experts, des conférences et des reportages.

    A droite, un menu pour vous aider à naviguer entre les catégories de vidéos

Partenaires

  • logo_fse.jpg
  • Europe
  • Préfecture PACA
  • Le commissariat à l'égalité du territoire
  • Région PACA
  • ANLCI

Le CRI PACA

  • 3 rue Joseph Thierry
    13001 Marseille 
  • 04 91 08 49 89   

Accès